FAQ Capitalisme Cognitif

Philippe Gouillou - 29 août 2021 - MàJ : 19 octobre 2021 - http://www.douance.org/qi/capitalisme-cognitif.html
Le Capital cognitif d'un pays, mesuré par son QI moyen ou mieux le niveau de QI de son top 5%, est le principal facteur de sa réussite tant en termes de richesse (PIB) que de santé et d'agrément de vie. Il ne s'agit bien sûr pas du seul facteur influent, mais il offre l'avantage d'être quantifiable et d'être corrélé avec d'autres critères considérés comme positifs. En d'autres termes : quel que soit votre QI individuel, le QI moyen de votre lieu de résidence a un impact déterminant sur la vie que vous pourrez mener.

center

Et lux in tenebris lucet, et tenebrae eam non comprehenderunt.
(Et la lumière luit dans les ténèbres; et les ténèbres ne l'ont pas comprise)
Jean 1:5.

Sommaire

1. Définitions

1.1 Qu'est-ce que le Capital ?

Stricto senso le Capital est la classe de comptes du Plan Comptable1 qui permet d'équilibrer un bilan en comptabilité en partie double : c'est "l'origine du monde". Il ne peut pas ne pas exister : il y a toujours un capital (voir Base Eco 3 : Qu'est-ce que le capitalisme ?2).

Plus généralement, le terme capital est utilisé pour désigner tout acquis (matériel ou immatériel) permettant de réaliser quelque chose.

1.2 Qu'est-ce que le Capitalisme ?

Le capitalisme est un type d'organisation politique basé sur (et organisant) le partage de la propriété privée du capital. C'est cette garantie du droit de propriété privée qui a permis les énormes investissements de la Révolution Industrielle.

Le capitalisme s'oppose aux systèmes politiques où le capital est plus ou moins contrôlé par l'État : socialisme, communisme, fascisme, etc. (Voir Base Eco 3 : Qu'est-ce que le capitalisme ?).

1.3 Qu'est-ce que le "Capital humain" ?

Pour réussir une entreprise, quelle qu'elle soit, il ne suffit pas d'avoir un capital matériel, mais aussi des compétences, des talents, la motivation de les utiliser dans le but de l'entreprise, la santé suffisante, un caractère suffisamment consciencieux, etc. C'est le Capital humain, le terme capital étant pris ici dans son deuxième sens.

1.4 Qu'est-ce que le "Capital cognitif" ?

Le Capital cognitif est la partie du Capital humain liée à l'intelligence.

Dans les premières pages de Cognitive Capitalism, Heiner Rinderman (2018) le définit plus complètement :

"Le capital cognitif est conceptualisé comme la capacité à penser, à résoudre des problèmes par des moyens cognitifs, à raisonner de manière inductive et déductive, à traiter l'abstraction, à comprendre et à construire du sens, à apprendre, à acquérir et à utiliser des connaissances vraies et pertinentes. En psychologie, ce capital cognitif est appelé intelligence, capacité cognitive ou compétence cognitive."
Rinderman (2018), Preface3

Et parmi les très nombreuses composantes du Capital humain, la capacité cognitive apparaît être la plus déterminante.

Il n'est pas certain qu'elle ait toujours été connue comme telle :

"La première personne à avoir explicitement introduit le concept d'intelligence en économie est l'économiste germano-américain Friedrich List. En 1841 (publié en anglais en 1909), il a déclaré : 'Partout et de tout temps, le bien-être de la nation a été en proportion égale de l'intelligence, de la moralité et de l'industrie de ses citoyens ; en fonction de celles-ci, la richesse s'est accrue ou a été diminuée' (p. 87). "
Rinderman (2018), 3.1 Terms and Definitions4 

Mais le lien entre niveau cognitif de la population et réussite de la civilisation apparaît avoir été valide tout au long de l'histoire (voir Rinderman (2018)).

1.5 Capital cognitif : QI ou Capacité cognitive ?

Le terme intelligence a en langage usuel de nombreux sens (voir sur Douance la FAQ Intelligence). On peut cependant distinguer deux grands types de sens : l'intelligence en tant que force (un potentiel), et l'intelligence en tant que résultat. Sauf précision contraire, c'est au premier type (la force) que se réfèrent les scientifiques, qui ont défini l'"Intelligence générale" (le Facteur g) laquelle est quantifiée par le QI (Quotient Intellectuel).

Dans son livre Rinderman (2018) ne se limite pas à l'intelligence en tant que force, il inclut ce qu'elle permet de réaliser et parle de "capacité cognitive" :

"Le terme habituel de "capacité cognitive" (synonyme de "compétence cognitive") couvre la capacité de penser (intelligence), la connaissance (le patrimoine de connaissances vraies et pertinentes) et l'utilisation intelligente de ces connaissances."
Rinderman (2018), 7.1 General Cognitive Ability Effects 5 

ce qui pose un risque de tautologie : comment mesure-t-on "l'utilisation intelligente de ces connaissances" sans se référer à ce à quoi on veut la comparer ?

Aussi les études se fondent sur le QI qui offre deux avantages :

  • Le QI est quantifié au travers d'un extraordinaire nombre d'études, ce qui en fait une base fiable de comparaison, alors que d'autres critères comme l'honnêteté, l'esprit d'entreprise, etc. ne bénéficient pas de définitions quantitatives.

  • Le QI est fortement corrélé aux autres indicateurs positifs du Capital humain. Par exemple, le taux de coopération est directement lié au niveau de QI (Proto & al. (2019)6)

1.6 La moyenne globale ou la classe cognitive ?

Quel que soit le niveau moyen d'un pays, ce sont ses élites cognitives qui vont inventer et créer les concepts et les avancées technologiques qui bénéficieront à l'ensemble de la population. L'importance de cette classe cognitive est donc déterminante.

Mais il ne suffit pas d'inventer du neuf, il faut que la population soit capable de le comprendre suffisamment pour l'utiliser, ce qui n'est pas forcément le cas : "Et lux in tenebris lucet, et tenebrae eam non comprehenderunt." (Jean 1:5)7

De plus des études (comme celle déjà citée de Proto et al. (2019)) montrent que les classes intellectuelles sont souvent obligées de se mettre au niveau des classes à bas QI, avec des effets désastreux pour le pays.

On peut donc se demander laquelle de ces deux contraintes opposées a le plus d'effet sur le grand nombre. En d'autres termes : est-ce le niveau de l'élite ou celui moyen de la population qui a le plus d'impact sur une société ?

On notera que l'élite cognitive peut être définie de deux manières :

  1. Par un seuil de QI : Quel est le pourcentage de la population ayant un QI supérieur à une certaine valeur ?
  2. Par la démographie : Quel est le QI le plus bas nécessaire pour faire partie des N% ayant le plus haut QI de la population ? (généralement N%=5%)

Le premier livre à s'être intéressé aux corrélations entre le niveau cognitif (mesuré par le QI) et la richesse d'un pays était celui de Lynn et Vanhanen (2002), déjà présenté sur Douance : IQ and the Wealth of Nations de Lynn et Vanhanen (2002). Il avait trouvé une forte corrélation entre le QI moyen d'un pays et son PIB.

La Griffe du Lion (2002) (pseudonyme d'un chercheur connu) avait refait les calculs et trouvé que la corrélation était encore plus forte en utilisant la méthode du seuil (en calculant le pourcentage de la population ayant un QI supérieur à un certain seuil). C'est la Smart Fraction Theory (SFT).

Depuis, le débat se poursuit : qu'est-ce qui est le plus important pour un pays ? Que son QI moyen soit élevé ou qu'il bénéficie d'une forte classe intellectuelle ? En règle générale, c'est bien la classe cognitive, définie par la démographie (le QI le plus bas des Top 5%), qui montre les plus fortes corrélations, comme le confirme encore Rinderman (2018) pour différents domaines liés aux capacités cognitives, comme par exemple la sécurité aérienne :

"La sécurité aérienne (voir Tableaux 4.6 et 4.7 et ici Tableau 8.1) est corrélée avec la capacité cognitive moyenne à r =.53, dans la comparaison directe du niveau moyen, du rang à 05 % et du rang à 95 %, les corrélations sont rM =.50, r05 % =.45 et r95 % =.57. Cela signifie que les différences entre pays dans le niveau des classes intellectuelles (r95% = 0,57) peuvent statistiquement mieux expliquer les différences entre pays en matière de sécurité aérienne que les différences dans le niveau moyen (rM = 0,50) et beaucoup mieux que les différences dans le niveau des groupes à faible capacité (r05% = 0,45)."  
Rinderman (2018), 8.2.3 Airline Safety in Statistical Cross-Country Comparisons8

Et l'effet superlinéaire des Top 5% se retrouve visuellement dans ce graphique extrait de Rinderman (2018) :

center twothird fullxs

Bien sûr le type de culture en vigueur (et notamment l'importance de la hiérarchisation) a du influer sur l'importance relative de la classe cognitive.

1.7 Pourquoi parler de "Classe" cognitive et pas tout simplement de "groupe" ?

Rinderman (2018) l'explique :

Les termes utilisés pour désigner ce groupe "d'élite" varient selon l'auteur et le paradigme : groupes à haut niveau d'aptitude ou surdoués (les deux termes sont traditionnellement utilisés dans la recherche sur le niveau d'aptitude élevé), classes intellectuelles (recherche sur l'intelligence macrosociale ; Rindermann et al, 2009), les classes créatives (économie ; Florida, 2002), les fractions intelligentes (recherche sur l'intelligence ; La Griffe du Lion, 2002), les spécialistes des fusées (économie ; Hanushek & Woessmann, 2008), les performeurs mondiaux ou l'équipe de tête, qui peut "rivaliser au niveau international" et "être compétitive au niveau mondial" (économie ; Pritchett & Viarengo, 2009). Tous ces termes désignent un groupe très performant dont les réalisations sont valorisées. Nous déduisons de leur réussite élevée une compétence élevée. Cela est plausible parce que les sociétés modernes sont au moins partiellement méritocratiques et parce que les tâches essentielles auxquelles elles sont confrontées sont des tâches cognitivement complexes. Par conséquent, nous devrions utiliser un terme tel que "cognitif" ou "intellectuel".
(...)
Les termes "groupe", "fraction" ou "classe" ont des significations assez similaires ; le terme "classe" souligne légèrement qu'ils forment un groupe quelque peu distinct. L'idée de "distinct" est visible dans différents phénomènes : dans l'interaction quotidienne, ce groupe a moins de contact avec les personnes cognitivement moyennes et, surtout, inférieures à la moyenne. Beaucoup d'entre eux n'ont même pas d'enfants. Dans leurs activités quotidiennes, ils préfèrent les tâches et la communication stimulantes sur le plan cognitif, par exemple, ils évitent de regarder des programmes télévisés ordinaires. Leur mode de vie les oriente vers des environnements plus complexes. En particulier dans les sociétés méritantes où le niveau d'éducation est élevé, ils sont en grande majorité issus de parents et de quartiers cognitivement supérieurs à la moyenne. 
Rinderman (2018), 8.1 General Cognitive and Specific Intellectual Class Effects9

1.8 Qu'est-ce que le "Capitalisme cognitif" ?

Le terme "Capitalisme cognitif" désigne le fait que, de plus en plus, la réussite de toute entreprise exige de plus en plus de Capital cognitif. Le terme décrit donc une évolution historique du capitalisme, pas sa redéfinition : le capital existe toujours !

Rinderman (2018) précise que les conséquences de cette évolution ont une portée extrêmement large :

"Le capitalisme cognitif n'est pas seulement un système économique, mais une culture."
Rinderman (2018), 7.2.1 Society and Culture: Music as an Example 10 

2. Quelle est l'histoire du Capitalisme cognitif ?

2.1 Le Capital humain

Pour la plus grande partie de l'histoire, le Capital humain a été le principal déterminant de la réussite des entreprises. Mais il y a eu une variation historique, on peut distinguer trois périodes :

2.1.1 Les temps anciens

Dans les temps historiques, le Capital humain était presque totalement déterminant : un commerce ne pouvait vivre que des talents du commerçant, de même pour un boulanger, un charpentier, etc. Qu'il meure ou devienne incompétent, et son commerce péréclitait. Adam Smith (1776) l'avait compris :

Adam Smith (1723, 1790) a été l'un des premiers à décrire le capital humain comme "les capacités acquises et utiles de tous les habitants ou membres de la société". Et plus précisément, Smith a souligné le rôle crucial des capacités cognitives et des vertus bourgeoises :
Les qualités les plus utiles à nous-mêmes sont, tout d'abord, une raison et un entendement supérieurs, grâce auxquels nous sommes capables de discerner les conséquences lointaines de toutes nos actions, et de prévoir l'avantage ou le préjudice qui en résultera vraisemblablement ; et, ensuite, la maîtrise de soi, grâce à laquelle nous sommes capables de nous abstenir d'un plaisir présent ou de supporter une douleur présente, afin d'obtenir un plus grand plaisir ou d'éviter une plus grande douleur dans un temps futur. C'est dans l'union de ces deux qualités que consiste la vertu de prudence, qui est, de toutes les vertus, celle qui est la plus utile à l'individu.
Rinderman (2018), 3.1 Terms and Definitions11 

2.1.2 La Révolution Industrielle

Le développement du Capitalisme, parce qu'il permet de garantir la mise en commun de ressources privées pour acquérir du Capital matériel, a provoqué un profond bouleversement, ce dernier prenant la prédominance. De fait, les grandes entreprises ont leur existence propre qui ne dépend pas de leur dirigeant (celui-ci peut mourir, un autre le remplacera).

2.1.3 Les temps modernes

Depuis quelques décennies cependant, on constate comme un retour en arrière, l'importance du Capital matériel a baissé, et celle du Capital humain est remontée :

"L’informatique a aussi permis une autre révolution qui nous touche déjà : la chute du besoin de capital. Quand les industriels du XIX° siècle devaient se regrouper pour mettre en commun des ressources importantes afin de construire une usine, les inventeurs d’aujourd’hui peuvent créer seuls à partir de presque rien des startups dont certaines deviendront des multinationales tentaculaires.
Les exemples des grandes sociétés de la Silicon Valley qui ont débuté dans des garages sont connus, mais le phénomène s’accélère. Ainsi, le développement du "cloud" permet dès maintenant de remplacer les investissements informatiques par des frais de fonctionnement proportionnels, accessibles à tous. Et cette liberté n’est pas réservée aux produits immatériels, comme le montre l’exemple de la cigarette électronique qui ébranle l’immense marché du tabac alors qu’elle a été inventée par un homme seul ne disposant que d’un accès Internet."
Billet Eco 6 : L’avenir de l’emploi (2014)

Et certains voient dans cette évolution historique un changement majeur :

"L'économie du savoir, l'économie de la connaissance, l'économie de l'immatériel ou encore le capitalisme cognitif, est, selon certains économistes, une nouvelle phase de l'histoire économique qui aurait commencé dans les années 1990. Le concept est établi par Fritz Machlup en 1962 par la publication de son livre The production and distribution of knowledge in the United States ; sa thèse de 1977 montre que près de 45 % des employés aux États-Unis manipulent de l'information. Ces travaux sont repris dans une annexe d'un rapport officiel français paru en 1978, L'Informatisation de la société, rapport qui connait un succès médiatique sans précédent sous le nom de ses auteurs Simon Nora et Alain Minc".
Wikipédia : L'économie du savoir

Bien sûr, cette évolution n'a pas été uniforme dans le monde entier :

"Les périodes de croissance importante et continue soutenue par l'intelligence menant à l'innovation et à la rationalisation ont commencé et se sont poursuivies dans différentes régions à différents moments de l'histoire : à l'Ouest 1820-1973 (surtout 1950-1973) ; à l'Est plus tard, au Japon d'environ 1870 à 1973, dans les quatre pays tigres asiatiques de Hong Kong, Singapour, Corée du Sud et Taïwan d'environ 1960 à 1997, en Chine de 1980 jusqu'à environ 2020."
Rinderman (2018), 7.2 Higher Level Effects12

Mais il y a bien eu au global une augmentation de la corrélation QI - PIB au cours de l'histoire (extrait du Tableau des corrélations QI - Richesse des nations en ligne sur Douance) :

center twothird fullsm

2.2 Le Capital cognitif est-il resté stable au cours de l'histoire ?

"Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné."
Ibn Khaldoun13

Il est probablement fréquent que le QI moyen d'un pays ou d'une région ait varié au cours des siècles.

Par exemple en période de guerre et de razzia, les critères de dominance ne devaient pas favoriser les intellectuels. De plus les grandes invasions ont parfois provoqué un remplacement de la population.

Les religions ont aussi pu avoir un impact déterminant :

  • Il a fréquemment été avancé que l'obligation de célibat imposée par le Christianisme aux prêtres et moines, alors qu'ils constituaient souvent la classe intellectuelle de l'Europe avant l'Ère des Lumières, a eu un effet dysgénique.
  • De même l'Islam, en valorisant ceux qui ne se posaient pas de question mais au contraire se soumettaient (signification du terme "islam) aux règles arbitraires pré-établies, explique probablement en partie le faible QI moyen des pays musulmans (inférieur à 90) alors même que certains d'entre eux étaient avant leur invasion des haut-lieux culturels (Tunisie, Perse, etc.). De fait, on trouve une corrélation négative d'environ r=-0,50 entre le taux d'islamisation d'un pays et le nombre de livres à la maison, un marqueur cognitif (Rinderman (2018), 10.8.4 Islam).
  • À l'opposé, le Judaïsme talmudique, en obligeant chacun à apporter une contribution intellectuelle à l'étude des textes sacrés, a sélectionné sur un QI plus élevé.

Enfin les migrations, ou leur absence, ont souvent eu un impact important, dans un sens ou dans l'autre, pas seulement sur le Capital cognitif (voir ci-après section 3.2 Impact des migrations sur le QI) mais aussi sur l'ensemble de ce qui constitue le Capital humain (Billet Eco 11 : Le retour des frontières).

Par exemple, l'isolement de l'Europe a eu un impact majeur sur son évolution globale :

"Dans ce contexte, l’histoire démographique de l’Europe est exceptionnelle. Zone d’invasions pendant ses premiers millénaires, l’Europe se caractérise par son absence de migration en provenance de l’extérieur pendant un millier d’années, exception que seul l’archipel japonais a aussi connue. Cet isolement fondateur a eu des conséquences génétiques majeures, dont la réduction de la compétition sexuelle, la pacification (voir Neuromonaco 79), et l’homogénéisation (Clark, 2011 ; Ralph & Coop, 2013), toutes nécessaires au développement d’un sens de la communauté et de la confiance interpersonnelle (Putnam, 2007 ; Laurence & Bentley, 2016), qui ont permis à terme la création de l’Etat de Droit (Fabry, 2018 ; Larané, 2019), condition du développement économique."
Billet Eco 25

Mais cet isolement au niveau continental ne s'est pas retrouvé au niveau intra-européen ce qui a provoqué des disparités locales. Pascali (2016) a notamment trouvé que les villes du sud de l'Italie qui avaient expulsé les Juifs en souffraient encore économiquement cinq siècles après, et ce n'est pas le seul exemple :

- Les émigrés juifs de l'Allemagne nationale-socialiste ont eu un impact positif indirect sur les taux de brevets des inventeurs américains natifs dans la première moitié du XXe siècle - les taux de brevets des inventeurs natifs ont augmenté de 31 % dans les domaines des émigrés et l'effet s'est maintenu sur plusieurs décennies (Moser et al., 2014).
- Les Huguenots émigrés de France en Allemagne en 1685 ont eu un effet sur plusieurs siècles sur l'économie allemande (ex : une augmentation régionale de 1,0 point de pourcentage de huguenots s'est traduite par une augmentation de 1,5 point de pourcentage de la production en 1802 ; Hornung, 2014), sur la science allemande (par exemple, les frères Humboldt, Alexandre le géographe et Wilhelm le philologue et philosophe de l'éducation ; Franz Karl Achard, inventeur de la production de sucre à partir de betteraves sucrières ; environ 10 % des membres de l'Académie des sciences de Prusse au XVIIIe siècle étaient huguenots), sur la culture allemande (par exemple, Theodor Fontane, romancier et poète ; Anton Philipp Reclam, éditeur et fondateur de la presse Reclam) et sur la politique allemande (par exemple, la famille de Maizière, avec plusieurs ministres et généraux). 
Rinderman (2018), 12.2.3 Immigration14

Un autre exemple en est donné par les descendants des survivants des Goulags soviétiques (URSS). Comme les "Ennemis du Peuple" qui y étaient envoyés étaient des personnes à haut QI moyen, les régions qui comportent actuellement (65 ans après la fin des Goulags) le plus de leurs descendants sont plus riches (Toews & Vézina, 2020). Dans une interview publiée dans Atlantico, les auteurs résument :

"Pierre-Louis Vézina et Gerhard Toews : Lorsqu'on regarde la France la nuit depuis l'espace, il est facile d'identifier l'emplacement de Toulouse. Comme Toulouse est le centre de l'industrie spatiale européenne, on pourrait dire que les ingénieurs et les cadres travaillant à Airbus contribuent à la prospérité locale, ce qui se reflète dans l'intensité des lumières la nuit. En gardant ce mécanisme à l'esprit, nous constatons qu'en augmentant de 28 points de pourcentage la part d'ennemis de la population autour d'un goulag, on augmente l'éclairage nocturne par habitant de 58 %. En utilisant le recensement des entreprises russes, nous montrons que cela se traduit également par une augmentation des salaires et des bénéfices par habitant. Dans les zones autour des camps qui comptaient environ 10 % d'ennemis du peuple parmi les prisonniers et où les salaires sont d'environ 5 000 dollars par an, on peut estime que si tous les prisonniers avaient été des ennemis du peuple, les salaires seraient d'environ 10 000 dollars par an. Et les salaires dans les entreprises les plus rémunératrices seraient supérieurs à 40 000 dollars, plutôt qu'à 20 000 dollars. Nous constatons qu'à Magadan, en Extrême-Orient, par exemple, où un goulag a accueilli une grande partie des ennemis du peuple, les salaires sont d'environ 10 000 dollars par an, contre environ 5 000 dans le reste de la Russie.
(...)
Nous pensons qu'un simple regroupement d'intellectuels sans coercition aurait probablement un effet plus important. Le traumatisme du Goulag, combiné à des années de communisme, a probablement atténué les contributions positives que ces individus auraient pu apporter à la société."
Atlantico, 2 octobre 2021

2.3 Quelles sont les conséquences de cette évolution ?

2.3.1 Une plus forte volatilité

Le capital matériel de la Révolution Industrielle était assez inamovible : déplacer les usines n'était pas évident, et pas forcément une bonne idée (voir la France d'après la WWI).

Le capital immatériel est beaucoup plus volatil : il dépend entièrement de la capacité à attirer, retenir, et motiver les personnes ayant les capacités cognitives requises.

2.3.2 Un coût cognitif

Selon Richard Lynn, le mode de vie occidental (ou est-asiatique) exige un QI moyen de 9015, alors que le QI moyen mondial est estimé à environ 86 (Becker, 2019). Cela signifie que plus de la moitié de la population mondiale ne peut pas avoir accès au mode de vie en vogue actuellement. Mais même pour ceux qui dépassent ce niveau minimal, la complexification du monde le rend de plus en plus compliqué et stressant : chacun a de plus en plus de choses à gérer en de moins en moins de temps.

On s'oriente de plus vers un monde de plus en plus fonctionnellement Asperger... dont les Aspies (atteints du Syndrome d'Asperger) ne profitent d'ailleurs souvent pas :

"De nombreux Aspies sont en situation de précarité ou bloqués à des postes subalternes où ils ne pourront jamais exploiter leurs talents : c’est le Principe de Peter Inversé présenté Lettre Neuromonaco 27. Mais ceux d’entre eux qui réussissent ont une influence déterminante sur le monde : ils sont notamment à l’origine de quasiment tous les outils technologiques qui font notre monde actuel.
La conséquence est une sorte de scission de la société avec des extrêmes qui s’éloignent de plus en plus :
- Le côté intellectuel est de plus en plus aspie, c’est-à-dire avec des demandes en compétences technologiques et des relations qui se rapprochent de plus en plus de celles caractéristiques des Aspies
- Le reste, comme en compensation, est de moins en moins intellectuel et se limite de plus en plus à la pure exploitation des émotions (comme dans la copie-écran d’un site d’actualités ci-dessus)
Cette cristallisation est à prendre en compte pour comprendre les évolutions actuelles du marketing."
Lettre Neuromonaco 104 : Les Aspies

3. Quels sont les chiffres ?

3.1 QI moyen par nation

Pour les comparaisons internationales de QI, les chiffres sont calculés selon la norme du "QI de Greenwich", c'est-à-dire avec une moyenne de 100 en UK (Royaume Uni) et un Ecart-Type de 15.

Les chiffres publiés par Lynn et Vanhanen en 2002 (et mis en ligne sur Douance) ont été mis à jour depuis, par Richard Lynn d'abord, puis récemment par David Becker sur Viewoniq.org. La dernière version publiée est la 1.3.3 (.zip) qui date du 21 juin 2019 et trouve un QI global moyen de 86,72.

C'est de cette étude de Becker (2019) que provient la dernière version de la célèbre carte des QI16 (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

center twothird fullsm

On remarque que cette carte montre des différences continentales et horizontales (lattitude) qui correspondent bien à des différences démographiques et culturelles.

Sur 199 nations, 12 ont un QI supérieur ou égal à 100 :

Global Rank Cont. Rank Country name IQ
1 Asia 1 Singapore 105,29
2 Asia 2 Korea, South 104,96
3 Asia 3 Japan 103,99
4 Asia 4 Hong Kong 103,91
5 Asia 5 China 103,39
6 Asia 6 Taiwan 103,01
7 Europa 1 Finland 101,47
8 Europa 2 Netherlands 101,23
9 America N 1 Canada 101,22
10 Europa 3 Estonia 100,61
11 Europa 4 Switzerland 100,34
12 Europa 5 United Kingdom 100,00

La France apparaît en 27e position (16e en Europe) avec un QI moyen de 98,32.

Téléchargements :

Le tableau avec le classement par Continent et dégradé de couleurs est téléchargeable en format Excel (19 Ko) : qi-moyen-par-nation-2019.xlsx ; et sans dégradé de couleur en format CSV (7 ko) : qi-moyen-par-nation-2019.csv.

3.2 Impact des migrations sur le QI

En décembre 2016, Anatoly Karlin avait publié sur Unz.com une carte de l'impact de l'immigration sur le QI (cliquer sur l’image pour l’agrandir) :

center twothird fullsm

Cette carte montre bien l'attractivité du QI dans le monde moderne : hormis pour 4 lieux (Qatar, UAE, Macaco, Singapour), l'impact est négatif, ce qui signifie que les migrations se font majoritairement depuis des pays à QI plus bas vers ceux à QI plus élevé.

Au global :

  • La moyenne des 71 pays est : -0,54
  • La moyenne pour les pays de l'OCDE est : -0,92
  • Les pays occidentaux sont les plus impactés négativement, la France étant 65e (7e en partant de la fin) : -1,54

Extrait des chiffres :

Rank Countries IQ Change
1 Qatar 6.35
2 United Arab Emirates 6.22
3 Macao (China) 1.41
4 Singapore 0.73
5 Kazakhstan -0.02
6 Romania -0.03
7 Hungary -0.06
8 Korea -0.07
9 Canada -0.09
10 Chinese Taipei -0.09
... ... ...
61 Netherlands -1.15
62 Norway -1.17
63 Denmark -1.17
64 United States -1.29
65 France -1.54
66 Sweden -2.00
67 Belgium -2.05
68 Austria -2.18
69 Germany -2.40
70 Switzerland -2.87
71 Luxembourg -3.21

3.3 QI des Top 5%

Si la distribution du QI suivait exactement une Loi Normale (Courbe de Gauss ou "Courbe en cloche") dans chaque pays, on pourrait déduire facilement le QI seuil des Top 5% à partir du QI moyen : 25 points d'écart. Mais rien n'est parfait, les écart-types constatés ne correspondent pas toujours aux 15 points théoriques, et la distribution peut s'éloigner du modèle normal, ce qui fait que l'écart entre la moyenne et le seuil des Top 5% est fréquemment différente des 25 points théoriques.

Les chiffres ci-après proviennent de Rinderman (2018) :

Pays QI Moyen QI Seuil Top 5% Ecart Source
Greenwich IQ 100 121 21 Rinderman (2018), 8.2.4
Turquie 87 103 16 Rinderman (2018), 8.2.4

3.4 Les corrélations économiques

Voir sur Douance le Tableau des corrélations QI - Richesse des nations extrait de Lynn & Becker (2019).

Les corrélations généralement constatées sont aux alentours de 0,60-0,70. Comme déjà indiqué ci-dessus (section 2.1), les corrélations ont augmenté au cours de l'histoire : le capital cognitif a pris de plus en plus d'importance :

center twothird fullsm

3.5 Autres corrélations

Voir sur Douance : Statistiques sur le QI (Français - English)

En complément :

  • La Sécurité aérienne est corrélée à 0,53 avec le QI Moyen du pays et à 0,57 avec le QI seuil des top 5% du pays (Rinderman (2018), 8.2.3)

  • Accidents de circulation :

    "Dans la circulation routière, les personnes dotées d'une intelligence supérieure ont moins souvent des accidents aux intersections (r = -.17 ; Smith & Kirkham, 1982). Pourquoi des "accidents aux intersections" ? La conduite aux intersections est une tâche cognitive plus difficile que sur les routes sans intersection. Selon la même source, les personnes plus intelligentes violent également moins souvent les limites de vitesse (r = -.18). Par conséquent, les personnes d'une intelligence supérieure meurent moins souvent dans des accidents de la route (r = -.14 ; O'Toole & Stankov, 1992)."
    Rinderman (2018), 7.1 General Cognitive Ability Effects17

4. L'avenir

4.1 La chute du QI en Occident

Les travaux de Woodley of Menie (voir sur Douance : Conversation de Grégoire Canlorbe avec Michael A. Woodley of Menie, Yr. (Traduction)) ont montré qu'en Occident si le QI phénotypique a augmenté au cours du dernier siècle, il a caché une baisse du QI génotypique.

Les migrations massives en provenance de pays à QI plus faible18 et les différences de fécondité vont accélérer cette baisse.

4.2 Une demande croissante en QI

Dans le même temps, la demande en QI pour suivre l'évolution du mode de vie occidental est en augmentation.

Alors que selon l'estimation de Lynn plus de la moitié de la population mondiale est déjà exclue d'un mode de vie que la majorité recherche, l'exclusion va être de plus en plus visible, et donc les tensions de plus en plus fortes.

On peut donc imaginer que le monde va se diviser en trois grands groupes :

  • Celui des pays à haut QI (Asie du nord-est) qui continueront de connaître une très forte croissance technologique, qui entraînera une complexification de la vie, qu'eux seuls pourront suivre ;
  • Celui des pays ex-premier monde qui auront décrochés, qui seront l'équivalent des Pays en Voie de Développement actuels ;
  • Celui des pays totalement largués.

Bien sûr les pays du premier groupe se fermeront et un grand nombre des habitants de ce troisième groupe voudra au moins bénéficier du niveau du deuxième groupe, ce qui créera des tensions migratoires. Les deuxième et troisième groupes finiront alors par se ressembler, voire fusionner.

4.3 Une solution technologique ?

On peut cependant imaginer que la technologie elle-même pourra nous sauver. C'est l'hypothèse que j'avais décrite dans Monaco Business News : les moteurs de recherche (Google, etc.) accessibles sur nos smartphones pourront se transformer en "Fournisseurs de décisions" qui choisiront pour nous, et choisiront mieux que nous. Nous ne serons bien sûr pas obligés de suivre leurs décisions, mais on s'apercevra vite que ceux qui le feront réussiront mieux que les autres (par exemple un système centralisé saura qui sera à un Salon et pourra donc inciter à y aller). En d'autres termes :

"Tout comme les machines nous ont libérés du besoin d’être fort, les ordinateurs nous affranchiront du besoin d’être intelligent."
Billet Eco 9 : Les fournisseurs de décisions

Liens

Références

Becker, D. (2019). The NIQ-dataset (V1.3.3). Chemnitz, Germany

Daniele, V. (2013). Does the intelligence of populations determine the wealth of nations? Journal of Socio-Economics, 46(June), 27–37 doi:10.1016/j.socec.2013.06.005

Fargues, P. (2016). Un million de migrants arrivés sans visa en Europe en 2015 : Qui sont-ils ? Population & Sociétés (INED) 532 (Avril).

La Griffe du Lion (2002). The Smart Fraction Theory Of IQ And The Wealth Of Nations. La Griffe du Lion. Volume 4 Number 1. March 2002

Lynn, R., & Becker, D. (2019). The Intelligence of Nations. London, GB: Ulster Institute for Social Research. ISBN:978-0993000164

Lynn, R., & Vanhanen, T. (2002). IQ and the Wealth of Nations. Praeger Publishers. ISBN:978-027597510X

O’Toole, B. I. & Stankov, L. (1992). Ultimate validity of psychological tests. Personality and Individual Differences, 13, 699–716. 

Pascali, L. (2016). Banks and Development: Jewish Communities in the Italian Renaissance and Current Economic Performance. Review of Economics and Statistics, 98(1), 140–158 doi:10.1162/REST_a_00481

Proto, E., Rustichini, A., & Sofianos, A. (2019). Intelligence, Personality, and Gains from Cooperation in Repeated Interactions. Journal of Political Economy, 127(3), 1351–1390. doi:10.1086/701355

Rindermann, H. (2018). Cognitive Capitalism. Human Capital and the Wellbeing of Nations. Cambridge University Press. ISBN: 978-1-107-65108-1

Smith, D. I. & Kirkham, R. W. (1982). Relationship between intelligence and driving record. Accident Analysis and Prevention, 14, 439–442.

Toews, G., & Vézina, P.-L. (2020). Enemies of the people. NES Working Paper. New Economic School (NES), New York, USA. Retrieved from

Historique des modifications

Date Historique
19 oct. 2021 Liens : Mises à Jour et ajouts
17 oct. 2021 Complément à 2.2 : Le Capital cognitif est-il resté stable au cours de l'histoire ? : Ajout de l'exemple de l'impact des descendants des survivants des Goulags (Toews & Vézina, 2021)
28 sept. 2021 Complément à 3.2 : Impact des migrations sur le QI
11 sept. 2021 Complément à 1.5 : Capital cognitif : QI ou Capacité cognitive ?
9 sept. 2021 Complément à 3.5 : Autres corrélations
9 sept. 2021 Complément à 3.5 : Autres corrélations
8 sept. 2021 Complément à 1.5 : Capital cognitif : QI ou Capacité cognitive ?
7 sept. 2021 Complément à 2.2 : Le Capital cognitif est-il resté stable au cours de l'histoire ?
6 sept. 2021 Ajout section 3.2 : Impact des migrations sur le QI (avec carte)
2 sept. 2021 Compléments + Corrections orthographiques
31 Août 2021 Ajout section 3 : Quels sont les chiffres ? et renumérotation, Compléments et Améliorations de style
29 Août 2021 1ère Mise en ligne

Notes


  1. En France c'est la Classe 1 du Plan Comptable Général (PCG). 

  2. Les Bases Eco sont de courts articles grand public d'explication ludique des concepts de base de l'économie, et les Billets Eco des articles plus complets d'analyse des grandes évolutions économiques et de leurs impacts prévisibles sur la Principauté de Monaco.Tous deux sont publiés chaque trimestre dans Monaco Business News et archivés en ligne : respectivement à www.fedem.mc/bases et www.fedem.mc/billets

  3. Traduction depuis :

    "Cognitive capital is conceptualised as the ability to think, to solve problems by cognitive means, to reason inductively and deductively, to deal with abstraction, to understand and construct meaning, to learn, to acquire and use true and relevant knowledge. In psychology, this cognitive capital is termed intelligence, cognitive ability or cognitive competence."
    Rinderman (2018), Preface

  4. Traduction depuis :

    "The first person who explicitly introduced the concept of intelligence to economics was the German-US economist Friedrich List. In 1841 (published in English in 1909), he stated: ‘Everywhere and at all times has the well-being of the nation been in equal proportion to the intelligence, morality, and industry of its citizens; according to these, wealth has accrued or been diminished’ (p. 87). "
    Rinderman (2018), 3.1 Terms and Definitions 
    La référence indiquée par Rinderman (2018) est : List, F. (1909/1841). The national system of political economy. London: Longmans. 

  5. Traduction depuis :

    The usual term ‘cognitive ability’ (synonymous with ‘cognitive competence’) covers the ability to think (intelligence), knowledge (the asset of true and relevant knowledge) and the intelligent use of this knowledge.
    Rinderman (2018), 7.1 General Cognitive Ability Effects

  6. Voir sa présentation sur Evoweb : QI moyen et coopération 

  7. "Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas comprise". Jean 1:5. 

  8. Traduction depuis :

    "airline safety (see Tables 4.6 and 4.7 and here Table 8.1) correlates with average cognitive ability at r =.53, in direct comparison of mean level, 05th%-rank and 95th%-rank the correlations are rM =.50, r05% =.45 and r95% =.57. This means that cross-country differences in the intellectual classes’ level (r95% =.57) can statistically better explain cross-country differences in airline safety than differences in the mean level (rM =.50) and much better than differences in the low ability groups’ level (r05% =.45)."
    Rinderman (2018), 8.2.3 Airline Safety in Statistical Cross-Country

  9. Traduction depuis :

    The terms used for this ‘elite’ group vary with author and paradigm: high ability groups or gifted (both terms are traditionally used in high ability research), intellectual classes (macrosocial intelligence research; Rindermann et al., 2009), creative classes (economics; Florida, 2002), smart fractions (intelligence research; La Griffe du Lion, 2002), rocket scientists (economics; Hanushek & Woessmann, 2008), global performers or the team in the tail, who can ‘compete internationally’ and ‘perform at a globally competitive level’ (economics; Pritchett & Viarengo, 2009). All these terms stand for a high achieving group with positively valued accomplishments. From their high achievement we infer high competence. This is plausible because modern societies are at least partially meritoric and because the essential tasks they are coping with are cognitively complex ones.2 Therefore, we should use a term such as ‘cognitive’ or ‘intellectual’.
    (...)
    The terms ‘group’, ‘fraction’ or ‘class’ denote rather similar meanings; the term ‘class’ slightly stresses that they form a somewhat distinct group. The idea of ‘distinct’ is visible in different phenomena: in daily interaction, this group has less contact with cognitively average and, especially, below average people. Many of them even have no children. In daily activity they prefer cognitively stimulating tasks and communication, e.g. they avoid watching ordinary TV programmes. Their lifestyle directs them to more complex environments. Especially in meritoric societies with a high educational level, they overwhelmingly stem from cognitively above average parents and neighbourhoods. 
    Rinderman (2018), 8.1 General Cognitive and Specific Intellectual Class Effects  

  10. Traduction depuis :

    Cognitive capitalism is not only an economic system, but a culture.
    Rinderman (2018), 7.2.1 Society and Culture: Music as an Example  

  11. Traduction depuis :

    Adam Smith (1723, 1790) was one of the first to describe human capital as ‘the acquired and useful abilities of all the inhabitants or members of the society’. And more precisely, Smith highlighted the crucial role of cognitive abilities and burgher virtues:
    The qualities most useful to ourselves are, first of all, superior reason and understanding, by which we are capable of discerning the remote consequences of all our actions, and of foreseeing the advantage or detriment which is likely to result from them: and secondly, self-command, by which we are enabled to abstain from present pleasure or to endure present pain, in order to obtain a greater pleasure or to avoid a greater pain in some future time. In the union of those two qualities consists the virtue of prudence, of all the virtues that which is most useful to the individual.
    Rinderman (2018), 3.1 Terms and Definitions   

  12. Traduction depuis

    "Epochs of large and continuing growth supported by intelligence leading to innovation and rationalisation started and continued in different regions at different moments in history: in the West 1820–1973 (especially 1950–1973); in the East later, in Japan from around 1870 to 1973, in the four Asian tiger countries of Hong Kong, Singapore, South Korea and Taiwan from around 1960 to 1997, in China from 1980 until around 2020."
    Rinderman (2018), 7.2 Higher Level Effects

  13. Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/434, p. 310 

  14. Traduction depuis :

    - Jewish émigrés from National Socialist Germany had an indirect positive impact on patent rates of native US inventors in the first half of the twentieth century – patent rates of native inventors increased in the émigré fields by 31 per cent and the effect was sustained across several decades (Moser et al., 2014).
    - Huguenot émigrés from France to Germany in 1685 had a several centuries-long effect on the German economy (e.g., a regional 1.0 percentage point increase of Huguenots translated into 1.5 percentage point higher production in 1802; Hornung, 2014), on German science (e.g. the Humboldt brothers, Alexander the geographer and Wilhelm the philologist and education philosopher; Franz Karl Achard, inventor of the production of sugar from sugar beets; around 10 per cent of the members of the Prussian Academy of Sciences in the eighteenth century were Huguenots), on German culture (e.g., Theodor Fontane, novelist and poet; Anton Philipp Reclam, publisher and founder of the Reclam press) and on German politics (e.g., the de Maizière family, with several ministers and generals).
    Rinderman (2018), 12.2.3 Immigration

  15. Le niveau exigé est probablement plus élevé pour le mode de vie du nord-est asiatique 

  16. Elle est donc une mise à jour de la carte rendue célèbre par Laurent Alexandre qui demandait de ne pas la diffuser : center twothird fullsm 

  17. Traduction depuis :

    "In road traffic, persons with higher intelligence have intersection accidents less frequently (r = –.17; Smith & Kirkham, 1982). Why ‘intersection accidents’? Driving through intersections is a more difficult cognitive task compared to intersection-free roads. According to the same source, smarter persons also less frequently violate speed limits (r = –.18). As a result, persons with higher intelligence less frequently die due to traffic accidents (r = –.14; O’Toole & Stankov, 1992)."
    Rinderman (2018), 7.1 General Cognitive Ability Effects[^route]

  18. L'INED (Institut National d'Études Démographiques) prône les "migrations de remplacement" : Fargues (2016)