Les Outsiders (Grady M. Towers)

Philippe Gouillou - 14 août 2016 - Mise à jour : 17 août 2016 - http://www.douance.org/qi/outsiders.html
Synthèse (avec extraits traduits) de The Outsiders (Grady M. Towers), un des textes les plus marquants sur les Très Haut QI (THQI)

Sommaire

Présentation

Cet article de Grady M. Towers, publié en 1987 dans Gift of Fire, le journal de la Prometheus Society1, a marqué de nombreux THQI : il montre que nombre d'entre eux ont été "grillés", que ce n'est pas la faute du QI mais de l'isolement qui en résulte, mais que ceux qui s'en sont sortis sont à la base de notre société et de ses succès.

Il est recommandé de lire sur ce site en complément :

The Outsiders

Références

Grady M. Towers (1987). The Outsiders. Gift of Fire (The Prometheus Society's Journal) Issue 22 (April). Re-issued in Issue 72 (March 1995).

Les citations de Leta Stetter Hollingworth2 proviennent de : Hollingworth, L. S. (1942). Children Above 180 IQ (Stanford-Binet): Origin and Development. Arno Press.

La mort des THQI

"Il s'appellait William James Sidis, et son QI était estimé entre 250 et 300. A dix-huit mois il pouvait lire le New York Times, à deux ans il appris tout seul le latin, et à 3 ans le grec. A l'âge adulte, il pouvait parler plus de quarante langues et dialectes. Il est entré à Harvard à onze ans, et a donné une conférence sur les corps à quatre dimension au Harvard Mathematical Club dans sa première année. Il a été diplômé cum laude à seize ans, et est devenu le plus jeune professeur de l'histoire. Il a déduit la possibilité des trous noirs plus de vingt ans avant que Subrahmanyan Chandrasekhar publie An Introduction to the Study of Stellar Structure. Sa vie offrait des possibilités de réussite que peu peuvent imaginer. De tous les prodiges pour lesquels on ait les données, il était probablement le cerveau le plus puissant de tous. Et pourtant il n'en est rien sorti. William Sidis a rapidement abandonné son poste de professeur, et pour le reste de sa vie a trainé d'un boulot simple à un autre."3

Grady Towers explique que Sidis a passé sa vie à essayer d'être normal, sans jamais y parvenir vraiment. Sidis ne comprenait même pas le concept de beauté, et l'idée du sexe le repoussait. Il fera voeu de célibat à 15 ans, et mourra vierge à 46 ans. Towers en conclut que la célèbre remarque d'Aldous Huxley sur Sir Isaac Newton pourrait également s'appliquer à Sidis :

"Si nous faisions évoluer une race d'Isaac Newton, il n'y aurait aucun progrès. Parce que le prix payé par Newton pour être un tel cerveau était qu'il était incapable d'amitié, d'amour, de paternité, et de nombreuses autres choses. En tant qu'homme il était un échec, en tant que monstre il était superbe."
Aldous Huxley (1894 - 1963)4

Et surtout Grady Towers rappelle que si les capacités de Sidis étaient exceptionnelles, son écroûlement ne l'était pas :

"Il fût un temps où il était attendu que tous les enfants précoces grillent de la même manière que Sidis. L'homme le plus responsable pour changer cette croyance a été Lewis M. Terman."5

C'est ce dernier en effet qui a commencé les études sur les personnes à haut QI, dès 1900, et entamé le suivi de plus de 250 000 enfants à QI supérieur à 140 (les "Termites"). Et Grady Towers remarque que les données de Terman montrent bien qu'il y a une connexion entre l'intelligence mesurée, et l'inadaptation sociale et mentale.

Les Termites

Lewis Madison Terman (1877-1956) a effectué un suivi constant de la santé mentale et de l'ajustement social de ses sujets, et les avait classé en trois catégories : 1. Satisfaisants, 2. Moyens, et 3. Mauvais, cette dernière distinguant 3.a. les sujets qui montraient ou avaient auparavant montrés des syndromes marqués de mauvais ajustement (anxiété, dépression, ...) des 3.b. ceux qui avaient été hospitalisés pour raison psychiatrique.

En 1940, quand les Termites avaient environ 29 ans, Terman leur avait fait passer un test pour valider le lien entre intelligence (mesurée par le Concept Mastery Test) et inadaptation. Grady Towers commente :

Les résultats montrent 3 choses. Premièrement, qu'il y a une tendance solide que les inadaptés ont de meilleurs résulats au Concept Mastery test. Deuxièmement que les femmes montrent des symptômes de mauvais ajustement à des scores plus bas que les hommes. Et troisièmement que 21% des hommes et 18% des femmes montraient au moins une forme de mauvais ajustement.6

Une étude de même type (mais avec un autre test : le CMT-T) en 1950-51 (quand les Termites avaient environ 41 ans), a montré que les pourcentages d'inadaptés avaient augmenté chez les deux sexes : de 21% à 29% chez les hommes, et de 18% à 33% chez les femmes. L'inadaptation croit avec l'âge.

Grady Towers a donc repris les chiffres bruts, et a calculé le lien entre Score brut au CMT-T et inadaptation :

Score brut CMT-T 7 Pourcentage d'inadaptés
< 97,8  13
97,8 - 117,1 18
117,1 - 136,4 25
136,4 - 155,7  31
155,7 - 175  38
> 175  45

Les causes d'inadaptation

Grady Towers s'appuie ensuite sur les travaux de Leta S. Hollingworth, et cite quatre sources de mauvais ajustement (en laissant de côté les problèmes causés par l'accélération scolaire), deux concernant tous les niveaux de surdouement, et deux ne concernant quasiment que les exceptionnellement surdoués, c’est-à-dire ceux ayant un QI pendant l'enfance supérieur à 170 ou un CMT-T à l'âge adulte au dessus de 155.

  1. La difficulté de concentration :

    "Comme tant de choses leur viennent si facilement, ils [les surdoués] peuvent ne jamais acquérir la discipline personnelle nécessaire pour utiliser leurs dons au mieux."8

    Ce risque existe bien chez tous les surdoués, mais il cite Hollingworth qui montre qu'il est surtout prévalent chez les THQI :

    "Les enfants avec un QI allant jusqu'à 150 peut s'en sortir assez bien dans la vie scolaire ordinaire, et obtenir d'excellentes notes sans trop d'efforts. Mes les enfants au dessus de ce niveau ne parviennent plus à tolérer l'ennui du travail scolaire s'ils sont enfermés avec des élèves non sélectionnés et de leur âge.
    Les enfants qui dépassent 170 risquent de regarder l'école avec indifférence ou avec un rejet actif, comme ils n'y trouvent rient qui puisse absorber leur intérêt. Ces conditions, couplées avec la supervision d'enseignants antipathiques ou aveugles a parfois même mené à la délinquance d'enfants surdoués."
    Hollingworth, p. 2589

  2. La versatilité :

    Grady Towers cite Hollingworth :

    "Loin d'être limités en capacités et intérêts, ils [les surdoués] sont typiquement capable de tellement de différents types de succès qu'ils peuvent avoir des difficultés à se confiner eux même à un nombre raisonnable d'entreprises. Certains d'entre eux sont perdus jusqu'à l'inutilité par leur répartition de leur temps disponible et de leur énergie sur tellement de projets qu'aucun ne peut être fini ou réalisé avec perfection. Après tout, le temps et l'espace sont limités pour les surdoués comme pour les autres, et leur durée de vie n'est probablement pas beaucoup plus longue que celle des autres. Un choix doit être fait entre les nombreuses possibilités, puisque la vie moderne demande de la spécialisation."
    Hollingworth, p. 25810

  3. La souffrance face aux idiots :

    Grady Towers cite Hollingworth :

    "Une leçon que beaucoup de surdoués n'apprennent jamais est que les humains en général sont intrinsèquement très différents d'eux, en pensées, en actions, en intention générale, et en intérêts. Beaucoup de réformateurs sont morts des mains d'une foule qu'ils essayaient d'améliorer dans la croyance que les autres être humains peuvent et devraient apprécier les mêmes choses qu'eux. C'est une des leçons les plus douloureuses et des plus difficiles que chaque enfant surdoué doit apprendre, si son développement personnel est de réussir. Apprendre cela est plus nécessaire que la maîtrise de n'importe quel sujet scolaire. Echouer à apprendre comment tolérer d'une manière raisonnable la stupidité des autres mène à l'amertume, à la désillusion, et à la misanthropie."11

  4. L'isolement :

    Grady Towers le considère comme le plus grand problème d'ajustement des surdoués, surtout chez les THQI.

    Hollingworth considère que la plupart des enfants ayant un QI de 130-150 parviennent assez facilement à s'ajuster, parce que les quartiers et les écoles sont sélectifs, et donc que les enfants se ressemblant tendent à se retrouver dans les mêmes écoles. Mais le problème est beaucoup plus difficile à partir de 160 et encore plus au delà de 180 de QI. Elle note que l'âge adulte permet de résoudre un peu cet isolement, ne serait-ce qu'en offrant la possibilité de trouver des clubs adaptés.

    Hollingworth insiste sur le fait que les exceptionnellement surdoués ne choisissent pas d'eux-même l'isolement, mais qu'ils y sont forcés, puis en prennent l'habitude, ce qui peut les rendre timides, solitaires, voire misanthropes et mal à l'aise en société à l'âge adulte.

    Le problème peut être encore pire pour les enfants surdoués face aux adultes dont les comportements illogiques peuvent les mener à la rébellion et à la négativité. Et Grady Towers remarque :

    "Quiconque lit les journaux des THQI est conscient de la vérité de cette affirmation. Les individus négatifs abondent dans tous les clubs de Hauts QI."12

Le QI idéal

Grady Towers cite ensuite deux idées de Leta Hollingworth qui lui paraissent parmi les plus importantes découvertes pour la compréhension du comportement des surdoués :

  1. Le concept d'un optimum d'ajustement :

    Grady Towers cite Hollingworth :

    "Tout bien considéré, les psychologues qui ont observé le développement des enfants surdoués sur une longue période des débuts de l'enfance à la maturité développent l'idée qu'il y a une portion restreinte de toute la gamme d'intelligence qui est la plus favorable au développement d'une personnalité bien ajustée et réussie dans le monde qui existe maintenant. Cette gamme restreinte apparaît être quelque part entre 125 et 155 de QI. Les enfants qui s'y situent sont suffisamment plus intelligents que la moyenne pour gagner la confiance d'un grand nombre de personnes, ce qui leur apporte du leadership, et pour conduire leur vie avec la plus grande efficacité. De plus, ils sont suffisamment nombreux pour bénéficier d'estime mutuelle et de compréhension. Mais ceux qui dépassent 170 sont trop intelligencts pour être compris par leur entourage usuel. Ils sont trop rares pour trouver des compagnons leur ressemblant. Ils doivent se contenter de solitude et d'isolation personnelle de leurs contemporains pendant toute leur croissance. Je ne sais pas à quel point ces patterns peuvent être ensuite corrigés."13

  2. Le concept d'une "gamme de communication" :

    Grady Towers note que Hollingworth n'a pas spécifiquement indiqué son existence, mais qu'elle peut être déduite de ses commentaires sur le leadership :

    "Les observations montrent qu'il y un ratio direct entre l'intelligence du leader et de celle des subordonnés. Pour être un leader, un enfant doit être plus intelligent que ceux qui le suivent, mais pas trop... Mais, en général, un pattern de leadership ne se formera pas - ou il cassera - s'il y a plus de 30 points de QI d'écart14 entre le leader et les suiveurs."15

Sur ces deux points, Grady Towers remarque :

"Si la gamme optimale de QI est entre 125 et 155 comme Hollingworth le suggère, alors il s'ensuit que 155 doit être perçu comme un seuil séparant une zone d'ajustement optimale, en dessous, d'une autre sous-optimale qui est au dessus. D'autres psychologues ont aussi remarqué que ce score tend à diviser les personnes entre deux catégories qui apparaissent naturellement. Parmi ceux-ci il y a un des doyens de la psychométrie, David Wechsler qui commente :

(...) Il y a ceux qui insistent que toutes les différences sont qualitatives, et ceux qui maintiennent avec la même conviction qu'elles sont exclusivement quantitatives. La vraie réponse est qu'elles sont les deux. L'Intelligence Générale, par exemple, est sans aucun doute quantitative dans le sens qu'elle consiste de différentes quantités de la même chose basique (exemple : énergie mentale) qui peuvent être exprimées par des mesures numériques continues comme le Quotient Intellectuel ou les scores d'âge mental, et elles sont aussi réelles que n'importe quelle mesure phyique. Mais il est également certain que notre description de la différence entre un génie et une personne moyenne par le fait qu'il a un QI plus élevé de tel ou tel quantité ne décrit pas la différence entre eux aussi complètement ou alors de la même maniière que de dire qu'un mile est beaucoup plus long qu'un pouce. Le génie (en capacité intellectuelle) ,'a pas seulement un QI de disons 50 points de plus qu'une personne moyenne, mais en vertu de cette différence il acquière de vraisemblablement nouveaux aspects (potentiels) ou caractéristiques. Ceux-ci, dans leur globalité, sont ce qui fait la différence 'qualitative' entre eux."
David Wechsler16

Grady Towers remarque que cette impression de différence qualitative entre ceux qui ont plus de 150 et les autres se retrouve chez les membres de la Prometheus Society et de la Triple Nine Society, qui ont proposé comme terme pour les désigner : "Outsiders" (= ceux du dehors, exclus, étrangers, ...)

Il ajoute que cette sensation d'éloignement ("estrangement") ou au minimum de détachement de la société n'est pas qu'une illusion subjective : la société ne peut pas être adaptée à des QI de plus de 150, ne serait-ce que parce que ces derniers sont trop rares.

Les stratégies

Que peuvent alors faire les Outsiders ? S'il n'y a pas de solution, Grady Towers distingue trois stratégies d'adaptation sociale des personnes à très haut QI :

  1. Stratégie engagée :

    "Ces individus sont nés dans le haut de la classe moyenne, avec des parents surdoués et diplômés, et souvent avec des frères et soeurs surdoués. Ils ont même parfois de la famille célèbre. Ils ont été dans des collèges prestigieux, sont devenus docteurs, avocats, professeurs, ou d'autres professions prestigieuses, et ont des amis avec des histoires similaires. Ils sont optimalement ajustés. Ils sont aussi ceux qui sont le plus à même de douter que les exceptionnellement surdoués puissent avoir des problèmes sérieux d'ajustement."17

  2. Stratégie marginale (double vie) :

    Nées dans un environnement social moins favorisé et avec un entourage à plus bas niveau cognitif, ce sont des personnes qui n'ont pas fait d'études, et qui ont une vie professionnelle qui ne remplit pas leurs besoins intellectuels :

    "Et quoiqu'ils puissent superficiellement apparaître comme étant bien ajustés professionnellement et relationellement, ni leur travail ni leurs amis ne peuvent engager complètement leur attention. Ils ont faim de challenge intellectuel et d'amitiés plus réelles que ce que leur environnement peut leur offrir. Ils développent donc une double vie. Ils compartimentent leur vie en une vie publique et une vie privée."18

    (...)

    "L'adulte exceptionnellement surdoué qui travaille comme gardien de parking en créant de nouvelles mathématiques a adopté un mode de vie honorable et mérite du respect pour son courage, pas des critiques pour n'avoir pas réussi au niveau de ses capacités. Les conformistes qui ont adopté la stratégie engagée peuvent être des pilliers de leur communauté et faire tourner le monde, mais, historiquement, ceux qui ont un esprit vraiment original ont plus souvent adopté la tactique de la double vie. Ils sont parmi les surdoués ceux qui ont le plus de chances de faire avancer le monde."19

  3. Stratégie de la fuite ("dropouts" : "décrocheurs") :

    "Ces individus parfois bizarres sont souvent nés dans des familles où un ou plus des parents n'étaient pas seulement exceptionnellement surdoués, mais aussi exceptionnellement mal ajustés. C'est le pire environnement social qu'un enfant surdoué puisse connaître."20

    Et c'est là que l'on retrouve William James Sidis et tous les autres qui se sont brûlé les ailes.

Et Grady Towers cite de nouveau Aldous Huxley :

"Peut-être les génies sont-ils les seuls vrais hommes. Dans toute l'histoire de l'humanité, il n'y a eu que quelques milliers de vrais hommes. Et nous autres, qui sommes-nous ? Des animaux capables d'apprentissage. Sans l'aide des vrais hommes, nous n'aurions quasiment rien trouvé. Presque toutes les idées qui nous sont familières ne seraient jamais apparues dans des cerveaux comme les nôtres. Plantez-y les graines et elles pousseront, mais nos cerveaux n'auraient jamais pu les faire naître spontanément."
Aldous Huxley (1894 - 1963)21

Grady Towers conclut son article en notant que les clubs de THQI doivent accepter qu'ils ont un rôle psychologique, parce qu'ils attirent ceux qui ont suivi une stratégie marginale et qu'ils sont psychologiquement blessés. Quelques lignes avant, il notait :

"C'est l'isolation qui détruit, pas le QI en lui-même."22

Historique des versions

Date Description
24 dec 16 Ajout Sommaire - Orthographe
2 sep 16 MàJ note vers Répartitions théoriques du QI en fonction du QI moyen de la population
17 août 2016 Ajout note vers Répartitions théoriques du QI à plus ou moins un ou deux écart-types
15 août 2016 Ajout note sur Leta Stetter Hollingworth
14 août 2016 1ère mise en ligne

Notes


  1. La Prometheus Society est un club de THQI qui n'accepte que ceux pouvant démontrer un QI à plus de 4 écart-types au dessus de la moyenne, soit en calcul théorique : 1 personne sur 31 560 = 0,00317% (3,17 / 100 000).
    Son site web est : prometheussociety.org 

  2. Leta Stetter Hollingworth, PhD (1885-1939), USA, a écrit le premier livre complet sur les enfants surdoués et a donné le premier cours universitaire sur le sujet. Son CV est présenté sur le site Human Intelligence

  3. Traduction personnelle depuis :

    "His name was William James Sidis, and his IQ was estimated at between 250 and 300 [8, p. 283]. At eighteen months he could read The New York Times, at two he taught himself Latin, at three he learned Greek. By the time he was an adult he could speak more than forty languages and dialects. He gained entrance to Harvard at eleven, and gave a lecture on four-dimensional bodies to the Harvard Mathematical Club his first year. He graduated cum laude at sixteen, and became the youngest professor in history. He deduced the possibility of black holes more than twenty years before Subrahmanyan Chandrasekhar published An Introduction to the Study of Stellar Structure. His life held possibilities for achievement that few people can imagine. Of all the prodigies for which there are records, his was probably the most powerful intellect of all. And yet it all came to nothing. He soon gave up his position as a professor, and for the rest of his life wandered from one menial job to another."

  4. Traduction depuis :

    "If we evolved a race of Isaac Newtons, that would not be progress. For the price Newton had to pay for being a supreme intellect was that he was incapable of friendship, love, fatherhood, and many other desirable things. As a man he was a failure; as a monster he was superb."
    Aldous Huxley (1894 - 1963)
    Source: Interview with J. W. N. Sullivan, Contemporary Mind, London, 1934. `

  5. Traduction personnelle depuis :

    "There was a time when all precocious children were thought to burn out the same way that Sidis did. The man most responsible for changing this belief was Lewis M. Terman."

  6. Traduction depuis :

    "The data show three things. First, that there is a definite trend for the maladjusted to make higher scores on the Concept Mastery test. Second, that women show symptoms of maladjustment at lower scores than men. And third, that 21 percent of the men and 18 percent of the women showed at least some form of maladjustment."

  7. Le score au CMT est un score brut qui ne correspond pas directement au QI : moyenne et écart-types différents. Pour référence, le score moyen des membres de la Prometheus Society (QI > 4 SD) était de 169,95, et celui de la Triple Nine Society (QI > 3 SD) était de 155,16 (chiffres cités par Grady Towers) 

  8. Traduction personnelle depuis :

    "Since so much comes easily to them, they may never acquire the self-discipline necessary to use their gifts to the fullest."

  9. Traduction personnelle depuis :

    "Children with IQs up to 150 get along in the ordinary course of school life quite well, achieving excellent marks without serious effort. But children above this mental status become almost intolerably bored with school work if kept in lockstep with unselected pupils of their own age. Children who rise above 170 IQ are liable to regard school with indifference or with positive dislike, for they find nothing in the work to absorb their interest. This condition of affairs, coupled with the supervision of unseeing and unsympathetic teachers, has sometimes led even to truancy on the part of gifted children [3, p. 258]."

  10. Traduction personnelle depuis :

    "So far from being one-sided in ability and interest, they are typically capable of so many different kinds of success that they may have difficulty in confining themselves to a reasonable number of enterprises. Some of them are lost to usefulness through spreading their available time and energy over such a wide array of projects that nothing can be finished or done perfectly. After all, time and space are limited for the gifted as for others, and the life-span is probably not much longer for them than for others. A choice must be made among the numerous possibilities, since modern life calls for specialization [3, p. 259]."

  11. Traduction personnelle depuis :

    "A lesson which many gifted persons never learn as long as they live is that human beings in general are inherently very different from themselves in thought, in action, in general intention, and in interests. Many a reformer has died at the hands of a mob which he was trying to improve in the belief that other human beings can and should enjoy what he enjoys. This is one of the most painful and difficult lessons that each gifted child must learn, if personal development is to proceed successfully. It is more necessary that this be learned than that any school subject be mastered. Failure to learn how to tolerate in a reasonable fashion the foolishness of others leads to bitterness, disillusionment, and misanthropy [3, p. 259]."

  12. Traduction personnelle depuis :

    "Anyone reading the super high IQ journals is aware of the truth of this statement. Negative individuals abound in every high IQ society."

  13. Traduction personnelle depuis :

    "All things considered, the psychologist who has observed the development of gifted children over a long period of time from early childhood to maturity, evolves the idea that there is a certain restricted portion of the total range of intelligence which is most favorable to the development of successful and well-rounded personality in the world as it now exists. This limited range appears to be somewhere between 125 and 155 IQ. Children and adolescents in this area are enough more intelligent than the average to win the confidence of large numbers of their fellows, which brings about leadership, and to manage their own lives with superior efficiency. Moreover, there are enough of them to afford mutual esteem and understanding. But those of 170 IQ and beyond are too intelligent to be understood by the general run of persons with whom they make contact. They are too infrequent to find congenial companions. They have to contend with loneliness and personal isolation from their contemporaries throughout the period of their immaturity. To what extent these patterns become fixed, we cannot yet tell [3, p. 264]."

  14. Le calcul théorique du pourcentage de la population à plus ou moins 30 points de QI est présenté sous forme de tableau à : Répartitions théoriques du QI en fonction du QI moyen de la population 

  15. Traduction personnelle depuis :

    "Observation shows that there is a direct ratio between the intelligence of the leader and that of the led. To be a leader of his contemporaries a child must be more intelligent but not too much more intelligent than those to be led... But generally speaking, a leadership pattern will not form--or it will break up--when a discrepancy of more than about 30 points of IQ comes to exist between leader and led [3, p. 287]."

  16. Traduction personnelle depuis :

    "If the optimum range of intelligence lies between 125 and 155 IQ, as Hollingworth suggests, then it follows that 155 can be thought of as a threshold separating an optimum adjustment zone below it from a suboptimum range above it. Other psychologists have also noticed how this score tends to divide people into two naturally occurring categories. Among these is one of the doyens of psychometrics, David Wechsler. He comments:

    (...>There are those who insist that all differences are qualitative, and those who with equal conviction maintain that they are exclusively quantitative. The true answer is that they are both. General intelligence, for example, is undoubtedly quantitative in the sense that it consists of varying amounts of the same basic stuff (e.g., mental energy) which can be expressed by continuous numerical measures like intelligence Quotients or Mental-Age scores, and these are as real as any physical measurements are. But it is equally certain that our description of the difference between a genius and an average person by a statement to the effect that he has an IQ greater by this or that amount, does not describe the difference between them as completely or in the same way as when we say that a mile is much longer than an inch. The genius (as regards intellectual ability) not only has an IQ of say 50 points more than the average person, but in virtue of this difference acquires seemingly new aspects (potentialities) or characteristics. These seemingly new aspects or characteristics, in their totality, are what go to make up the "qualitative" difference between them [9, p. 134].
    Wechsler"

  17. Traduction personnelle depuis :

    "These individuals were born into upper middle class families, with gifted and well educated parents, and often with gifted siblings. They sometimes even had famous relatives. They attended prestigious colleges, became doctors, lawyers, professors, or joined some other prestigious occupation, and have friends with similar histories. They are the optimally adjusted. They are also the ones most likely to disbelieve that the exceptionally gifted can have serious adjustment problems."

  18. Traduction personnelle depuis :

    "And although they may superficially appear to have made a good adjustment to their work and friends, neither work nor friends can completely engage their attention. They hunger for more intellectual challenge and more real companionship than their social environment can supply. So they resort to leading a double life. They compartmentalize their life into a public sphere and a private sphere. "

  19. Traduction personnelle depuis :

    "The exceptionally gifted adult who works as a parking lot attendant while creating new mathematics has adopted an honored way of life and deserves respect for his courage, not criticism for failing to live up to his abilities. Those conformists who adopt the committed strategy may be pillars of their community and make the world go around, but historically, those with truly original minds have more often adopted the double life tactic. They are ones among the gifted who are most likely to make the world go forward."

  20. Traduction personnelle depuis :

    "These sometimes bizarre individuals were often born into families in which one or more of the parents were not only exceptionally gifted, but exceptionally maladjusted themselves. This is the worst possible social environment that a gifted child can be thrust into."

  21. Traduction personnelle depuis :

    "Perhaps men of genius are the only true men. In all the history of the race there have been only a few thousand real men. And the rest of us--what are we? Teachable animals. Without the help of the real man, we should have found out almost nothing at all. Almost all the ideas with which we are familiar could never have occurred to minds like ours. Plant the seeds there and they will grow; but our minds could never spontaneously have generated them."
    Aldous Huxley

  22. Traduction personnelle depuis :

    "It's the isolation that does the damage, not the IQ itself."