Sectes : Critères de l'Assemblée Nationale

Philippe Gouillou - 1998 - http://www.douance.org/complements/comsect.html
Dans son rapport parlementaire, la Commission d'enquête de l'Assemblée Nationale (France) a retenu les critères des RG (Police Politique). Je cite la page 13 du rapport.
Voir aussi Les Critères de l'ADFI.

"Parmi les indices permettent de supposer l'éventuelle réalité de soupçons conduisant à qualifier de secte un mouvement se présentant comme religieux elle a retenu, faisant siens les critères utilisés par les Renseignements généraux dans les analyses du phénomène sectaire auxquelles procède ce service et qui ont été portées à la connaissance de la Commission :

  • la déstabilisation mentale
  • le caractère exorbitant des exigences financières
  • la rupture induite avec l'environnement d'origine
  • les atteintes à l'intégrité physique
  • l'embrigadement des enfants
  • le discours plus ou moins anti-social
  • les troubles à l'ordre public
  • l'importance des démêlés judiciaires
  • l'éventuel détournement des circuits économiques traditionnels
  • les tentatives d'infiltration des pouvoirs publics

Votre Commission insiste sur le fait que, la définition des sectes s'avérant à bien des égards difficile elle a conduit ses travaux en se gardant de faire sienne les définitions des sectes proposée par ses interlocuteurs par nature engagés, à un titre ou à un autre, dans la promotion des nouvelles religions ou dans la lutte contre leurs excès réels ou supposés -.

Elle a été consciente que ni la nouveauté, ni le petit nombre d'adeptes, ni même l'excentricité ne pouvaient être retenus comme critères permettant de qualifier de secte un mouvement se prétendant religieux : les plus grandes religions contemporaines ne furent souvent, à leurs débuts, que des sectes au nombre d'adeptes réduit ; bien des rites établis et socialement admis aujourd'hui ont pu à l'origine susciter des réserves ou des oppositions. "